BIENVENUE
PATRIMOINE MONDIAL
PHOTOS ARCHIVÉES
DANS LES MEDIAS
SAUVONS NOS SOURCES
PUBLICATIONS
LES AÎNÉS CÉLÈBRES
LE BLOG NOTE
PIXELS EN FÊTE !
ÉCRITS DU COEUR
LA GARE SNCF
LES VIDEOS DE SAINT PAUL
LIENS
CONTACTS
________________________

Catalogue


Flux RSS

Plan du site

 

 



 Été de 1940

AVENTURE DE CINQ JEUNES EN VISITE AU VILLAGE

Été 1940, la journée est ensoleillée à souhaits, même chaude.

Ils ont déjeuné à TOURNEMIRE, c’est pour cela qu’ils se décident de faire une promenade digestive vers 14 heures. Ils marchent sous le soleil, le long de la voie ferrée ; le paysage leur semble monotone ! Il faut prendre la route, elle très jolie. Le bitume est très chaud aux pieds, mais au diable les lamentations ! c’est notre journée à nous !

Cinq garçons qui ne pensent pas à cueillir des fleurs, le long du chemin. Et pourtant... : bleuets, marguerites, coquelicots...tiens c’est bleu, blanc, rouge.... les cerveaux bouillonnent avec les souvenirs. Mais, peut importe les pensées, la réalité est là, et on approche de Saint-Paul-des-Fonts.

Nous longeons un ruisseau qui chante, par son eau claire, qui bondit de galets en galets... Il nous paraît très accueillant le PETIT RUISSEAU... mais que voit-on, d’autres jeunes nous ont précédés sur le site !...

Entre jeunes, nous faisons ample connaissance, après plusieurs suggestions de balades dans les environs... résultat : on reste sur place... et, pour quoi y faire ? : un barrage sur le doux torrent qui sera un beau plan d’eau ; en raison de la chaleur, il sera le bienvenu !

À nous les baignades, et les jeux d’eau fraîche ! C’est parti… PLOUF dans le bain... Et là, ah ! mais là « réaction , claquements de dents, chair de poule, grelottements ». Retours sur berges précipités, frictions « séchantes et réchauffantes », vite au soleil, FRIGORIFIES. Ce brave ruisseau si accueillant, n’avait pas le chauffage !!!??

Consternation dans le groupe : un jeune a dû être emmené d’urgence à l'hôpital de Saint-Affrique. Aux dernières nouvelles : rien de grave pour lui. Mais la journée s’en est trouvée morose ! Elle avait si bien commencée.

Pour nous, les cinq gars, elle s’est finie au Café du Lavoir, cartes en mains pour une bonne belote. La serveuse était tellement jolie et gentille !


Texte de Bernard Macario (dit Mario), soldat « retenu » à Saint-Paul en 1940