BIENVENUE
PATRIMOINE MONDIAL
PHOTOS ARCHIVÉES
DANS LES MEDIAS
SAUVONS NOS SOURCES
PUBLICATIONS
LES AÎNÉS CÉLÈBRES
LE BLOG NOTE
PIXELS EN FÊTE !
ÉCRITS DU COEUR
LA GARE SNCF
LES VIDEOS DE SAINT PAUL
LIENS
CONTACTS
________________________

Catalogue


Flux RSS

Plan du site

 

 



 La cabane mystérieuse

LA CABANNE MYSTÉRIEUSE

Depuis que j’ai repris pieds au village de mes ancêtres côté Maurel, j’ai été à la rencontre de mon enfance à chaque pas. La rencontre avec Jean-Paul m’a rassuré « un jeune de 40 ans ». Être son aîné de quelques dix années et plus, était immédiatement gommé à l’entendre me raconter son enfance à lui, au village, calquée sur la mienne à une bézègue près…

En revanche, il m’a quand-même fait découvrir des lieux où je n’avais jamais risqué les brodequins. En dessous du rocher de la Treille, il existe une cabane de berger blottie sous un rocher éboulé. La partie bâtie présente « un fenestrou » et une porte. Le jour où Jean Paul m’a guidé vers cet abri, en poussant l’huis de bois, nous avons découvert que l’intérieur de la cabane n’avait pas bougé.

Un mobilier d’enfant, le foyer semblait à peine refroidi, une casserole émaillée certainement empruntée à un mamette d’en bas, qui peuchère, ne la cherche certainement plus. Les bancs et la petite table fabriqués par les enfants eux-mêmes avec des « bois » de chez mon oncle Paul Maurel, le menuisier (à 99% certain). Cette découverte nous coinça la glotte d’émotion. Touchant, adorable et chargé de vacances, de soleil, d’innocence.

L’été dernier, nous avons retrouvé cet endroit et présenté le lieu à notre descendance, dans l’espoir d’essayer de détrôner les Nitendo et autres jeux « electro-video-debilo », et même de leur donner un air de déjà vu !

La bande de vieux copains a décidé de défricher l’accès à la cabane. Le chantier est avancé, il reste encore quelques « bartas » à tailler. Pour se remonter un peu la santé, un petit coup de Pastis des Homs fut suivi (en bas) d’un pique-nique organisé « sous le préau de l’école » dans la joie, à l’abri des seules gouttes de pluie de la canicule de l’été 2003.

Ensuite, soleil à nouveau, une promenade digestive est naturellement échafaudée, à faire péter tous les ballons de contrôle de la marée chaussée… qui bien sûr n’arrête pas encore les piétons (la prunelle des causses est très concentrée dans le secteur). En revenant au village, à la sortie du tunnel, la petite visite « de blagaïre » à André notre ami. Le soir, sous les lampadaires, révision des niveaux de la prunelle. Les vacances à Saint-Paul ? un bagne, une débauche permanente que je ne souhaite à personne.

à bientôt pour d’autres sorties…